Le blason La Cropte

Le blason La Cropte est d’azur à la bande d’or, accompagnée de deux fleurs de lys du même, l’une posée en chef et l’autre en pointe.

L’usage de la fleur de lys était largement universel bien avant que Louis VI (1081-1137) la fasse figurer régulièrement sur les monnaies royales ni que son fils Louis VII (1120-1180) impose les armes « d’azur semé de fleurs de lis » comme signe particulier des rois de France en la choisissant pour meuble de ses armes.

La fleur de lys a été utilisée comme meuble héraldique dans toute l’Europe dès la fin du XIIème siècle. Elle aurait été particulièrement utilisée durant la période 1280-1380 dans une vingtaine d’armoriaux médiévaux d’Angleterre, de Hollande, d’Allemagne et bien entendu de France. Les fleurs de lys furent ainsi choisies par des gens de petite et moyenne noblesse ou des groupes sociaux n’ayant aucun lien de parenté avec la famille capétienne. 

La bande est une diagonale partant du coin supérieur gauche.

Sur les chevalières, le blason est gravé en creux pour servir de sceau ; le tracé s’en trouve inversé ce qui donne à la bande l’apparence d’une barre (l’autre diagonale), quelquefois employée comme brisure en signe de bâtardise. Dans ce cas, la barre est de moindre largeur et s’appelle traverse.

Le blason La Cropte figure parmi les 242 blasons qui ornent la frise de la salle héraldique de la Diana (étymologie : Decanatus=doyenné) à Montbrison (Loire), dans le Forez.

La tradition veut que la salle de La Diana ait été construite à la fin du XIIIème siècle pour servir de lieu de fête à l’occasion de l’émancipation du comte de Forez Jean Ier en 1290 ou de son mariage avec Alix de Viennois, en 1296. Les blasons de la frise seraient ceux des invités.

Selon une hypothèse plus récente, la salle aurait été décorée pour recevoir Louis le Hutin, fils de Philippe le Bel, préparant le Concile de Vienne et le rattachement de la ville de Lyon au Royaume de France.

Le bâtiment a été modifié par un disciple de Viollet-le-Duc vers 1865 mais la restauration des peintures a respecté les dessins d’origine et notamment les blasons. 

La famille La Cropte est comptée parmi les familles qui ont participé aux croisades.

Saint-Allais  considérait que le simple fait qu’Hélie de La Cropte soit qualifié de chevalier dans le cartulaire de Chancelade laissait présumer qu’il avait accompagné Louis VII à la deuxième croisade et que titre lui avait été accordé en récompense. Cette seconde croisade (1147-1149) avait été appelée par le pape en 1145 pour venir en aide au royaume chrétien de Jérusalem établi à la fin de la première croisade. Prêchée notamment par Bernard de Clairvaux, elle avait attiré de nombreux nobles et souverains de toute l’Europe, dont Louis VII parti avec sa femme Aliénor d’Aquitaine, mais elle s’est soldée par un échec.

La participation des seigneurs de La Cropte aux croisades paraît confirmée par la présence des armes La Cropte sur le chemin de la Palestine, sur l’île de RAB sur la côte croate.

On les trouve aussi au fronton d’une petite chapelle très rustique d’un style proche du Roman normalement antérieur au XIIIème siècle, quelques centaines de mètres en contrebas du site archéologique de la villa romana del Casale, près de Piazza Armerina en Sicile.

Ce blason témoigne certainement du passage d’un chevalier de La Cropte, mais il  a été restauré récemment sans grandes précautions, et pourra donc très difficilement être daté.

La Sicile était un grand lieu de passage pour les croisades. C’est notamment en Sicile que Louis VII et Aliénor d’Aquitaine, entre qui la mésentente était devenue irréparable, se sont retrouvés au retour de Jérusalem à la fin de la seconde croisade.

La villa Del Casale elle-même a été ensevelie en 1261 par un glissement de terrain et n’a été redécouverte qu’au XIXème siècle. Qui plus est, en 1282 les Siciliens se révoltèrent contre la présence française de Charles d’Anjou, frère de Saint-Louis, roi de Naples et de Sicile et chassèrent tous les Français. S’il est une trace des croisades, ce blason serait donc antérieur à cette date.

Mais Piazza Armerina est aussi réputé avoir été le siège des chevaliers Templiers Hospitaliers à partir de 1227.

Or Saint-Allais rapporte que quatre La Cropte ont été chevaliers de Malte, dont François de La Cropte de La Meynardie (un rameau de la branche La Cropte de Bourzac) qui fut chevalier de l’Ordre en 1598.

Ceci est confirmé par la présence du blason La Cropte dans la mosaïque des blasons de la cathédrale de La Valette construite entre 1573 et 1577 sur l’Ile de Malte où l’ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem s’est installé en 1537. Une autre hypothèse serait donc de voir dans le blason de Piazza Armerina la trace plus tardive d’un La Cropte hospitalier.

La présence du blason La Cropte en Italie du Nord constitue une curiosité. 

La fleur de lys ne fait pas partie des meubles héraldiques italiens. On ne la trouve, semble-t-il, que dans le blason de la ville de Florence qui porte une fleur de lys de gueules (rouge) sur un écu à champ argent (blanc).

Or on trouve le blason La Cropte sur une œuvre de 1467 de Francesco di Giorgio conservée au musée delle Tavolette di Biccherna à Sienne : La Vergine protegge Siena in tempo di terremoti (La Vierge protège Sienne lors des tremblements de terre). (Tempera sur bois – 54 x 41 cm.)

La bande horizontale représente les blasons des familles responsables de la ville cette année-là. Le troisième à partir de la droite semble être La Cropte, tandis que la légende indiquerait qu’il serait celui de la famille Bartolomeio.

On trouve également ce blason sur un chapiteau exposé au musée diocésain d’Assise.

Les rois de France Charles VIII, Louis XII et François 1er ont bataillé de 1494 à 1525 en Italie (Marignan, 1515) pour revendiquer leurs droits sur les royaumes de Naples d’abord puis sur le duché de Milan.

Cette aventure française en Italie tournera court.

 

On trouve cité dans la vie et les mémoires du chevalier Bayard un capitaine de la Crotte (sic)

Saint-Allais supposait que ce capitaine de La Crotte, qui n’eut pas de descendance, était François de La Cropte, né avant 1488, fils de Bertrand de La Cropte, souche de la branche de Bourzac. Cette hypothèse semble fausse : Dans ses mémoires, le duc de Brantôme l’identifie en effet de façon indiscutable comme François Daillon, fils de Jean de Daillon et de Marie de Laval, famille qu’il faut sans doute rattacher à l’autre paroisse de La Cropte, en Mayenne.

2 commentaires sur “Le blason La Cropte”

  1. Je suis amateur en héraldique et j’aimerais savoir si quelqu’un, de la famille ou étranger, possède des photos des clés de voutes de l’église de Chantérac. J’en ai quelques unes mais elles sont de petites dimensions et de faible définition.
    Il me semble avoir reconnu des : Belet (Belet de Solminiac) ainsi que des Rigny (vitrail) mais les autres clés de voutes sont très abîmées et difficilement lisibles.
    Si quelqu’un peut me fournir des photos ou des blasonnements, je suis preneur.
    Merci.

Laisser un commentaire